Le passage au primaire

Au moment de la rentrée scolaire dans une nouvelle école, les parents se posent une multitude de questions. Les documents suivants proposent beaucoup d’éléments d’information; si la réponse ne s’y trouve pas, le parent est invité à communiquer avec l’école de son enfant.

Le calendrier scolaire est un outil très important. On y trouve la date de début des classes, les journées de congé et les dates des rencontres avec les parents. Le calendrier affiché sur le site internet du CSSMB présente les paramètres généraux.

Pour une information complète, vous devez vous référer au calendrier de votre école, généralement disponible sur le site internet. Au premier regard, on y voit beaucoup de chiffres et de formes géométriques, mais vous verrez, vous vous y habituerez bien vite…

 

Les congés

Il y a deux types de congés : les jours de fête, comme Noël, Pâques ou la fête du Travail sont représentés par un carré vert. On compte 15 de ces journées où toutes les activités sont suspendues, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de service de garde. Dix de ces journées sont prises à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An.

Le deuxième type de congé est lié aux journées pédagogiques. Sur le calendrier, elles sont représentées par un triangle jaune pointant vers le haut. Les cours sont alors suspendus et les enseignantes et enseignants en profitent pour planifier les contenus des semaines à venir et pour suivre des formations. À ces dates, le service de garde est généralement ouvert toute la journée. Les élèves doivent cependant s’y inscrire au préalable et le transport scolaire n’est pas offert.

 

La semaine de relâche

À la fin du mois de février ou au début du mois de mars, l’école fait relâche pendant cinq jours. Ces journées sont elles aussi représentées par un triangle jaune, mais celui-ci pointe vers le bas. Il n’y a pas de service de garde pendant la semaine de relâche.

 

Les journées de tempête

Le climat québécois est rigoureux. Il arrive parfois que la neige soit si abondante que nous devions fermer les écoles. Remarquez que ça n’arrive pas souvent. Lorsque c’est le cas, l’information est diffusée sur le site internet et les réseaux sociaux du CSSMB. Elle est également partagée avec les médias montréalais. Le CSSMB planifie deux journées tempête par année. Si elles ne sont pas utilisées, elles se transformeront en journées pédagogiques, au printemps. Ces journées sont indiquées sur le calendrier scolaire de votre école.

 

Les journées d’accueil

Les deux premières journées de l’année scolaire sont représentées par un cercle rouge. Votre enfant ira alors à l’école seulement la moitié de la journée. Il pourra ensuite se rendre au service de garde ou retourner à la maison.

 

Le 30 septembre

Enfin, nous portons à votre attention la journée du 30 septembre. Le ministère de l’Éducation a déterminé que c’est celle où il valide la présence des élèves. Cette donnée servira à calculer le financement des écoles. Il est donc particulièrement important que votre enfant soit présent.

 

Tout cela fait beaucoup de dates ; pourquoi ne pas tout de suite prendre quelques minutes pour les inscrire à votre agenda ?

Le service de garde et de surveillance des dîneurs est offert à tous les élèves du préscolaire et du primaire. Il est ouvert le matin, avant la classe, pour la période du dîner et le soir, après l’école.

 

Les journées pédagogiques

Le service de garde est également ouvert lors des journées pédagogiques. Des sorties ou activités facultatives peuvent alors être organisées et impliquer un coût supplémentaire.

 

Les activités

Le service de garde propose aux enfants un programme varié d’activités récréatives, sportives et artistiques. Une période est également consacrée aux travaux scolaires.

 

La période du dîner

Pour la période du dîner, les enfants peuvent apporter un repas froid, il faut alors mettre un bloc réfrigérant dans le sac repas pour assurer la conservation des aliments. Dans le cas d’un repas chaud, il faudra prévoir un thermos. Un service de traiteur peut également être offert à l’école de votre enfant. Des informations vous seront transmises à ce sujet. 

 

Pour plus d’information

Pour plus d’information sur les frais, les heures d’ouverture, les modalités d’inscription ou toute autre question, nous vous invitons à consulter le document Les règles de fonctionnement du service de garde et de surveillance des dîneurs qui se trouve habituellement sur le site de l’école de votre enfant ou qui est transmis au plus tard à la rentrée scolaire. Vous pouvez également communiquer avec la technicienne ou le technicien en service de garde de l’école.

Tous les jours, plus de 300 autobus et berlines sillonnent le territoire du CSSMB pour conduire quelque 13 000 élèves à l’école.

 

Qui a droit au transport scolaire ?

Pour déterminer si votre enfant a droit au service du transport scolaire, nous tenons principalement compte de la distance séparant l’école de votre lieu de résidence. L’accès au service varie également en fonction du niveau scolaire. 

Les élèves du préscolaire demeurant à plus de 800 mètres de l’école y ont droit.

Au primaire, ceux demeurant à plus de 1,6 kilomètre de l’école y sont admissibles.

Au secondaire, les élèves demeurant à plus de 2,6 kilomètres peuvent aussi profiter de ce service, si le transport en commun n’est pas disponible à proximité de leur résidence.

Si votre enfant présente une condition médicale particulière, vous pouvez formuler une demande de transport scolaire, même si votre domicile se situe à l’intérieur de la distance limite.

Notez que le transport scolaire ne sera pas offert à votre enfant si vous choisissez de l’inscrire à une école différente de celle désignée par le CSSMB.

 

Les modalités

S’il est inscrit au préscolaire, votre enfant devra être accompagné à l’arrêt par une personne âgée d’au moins 16 ans. En fin de journée, le chauffeur ou la chauffeuse ne le laissera pas descendre s’il n’est pas attendu par la même personne. Si ce n’est pas vous qui accueillez votre enfant, vous devrez signer un formulaire d’autorisation.

N’oubliez pas que votre enfant devra toujours présenter sa carte d’embarquement en montant dans l’autobus ou la berline. Elle lui sera remise au début de l’année scolaire. Si vous voulez éviter que la carte se perde, vous pouvez la fixer sur son sac à dos.

 

Les imprévus

Il peut arriver qu’un autobus ne passe pas à l’heure, par exemple s’il y a des bouchons de circulation, une tempête de neige, du verglas ou un bris mécanique. Si cela arrive, vous serez avisé par une application que vous pouvez télécharger à partir du site de MTransport.

Il est important d’arriver à l’arrêt quelques minutes à l’avance.

Si les écoles ferment, l’annonce se fera sur le site internet et les réseaux sociaux du CSSMB. L’information sera également communiquée aux médias montréalais.

 

Le comportement

Il est important de savoir que le code de vie de l’école s’applique aussi dans les transports scolaires.

Des règles de civisme y sont de mise, par exemple :

  • Adopter une attitude respectueuse envers la chauffeuse ou le chauffeur, de même qu’avec les autres élèves.
  • Ne pas se lever avant l’arrêt complet du véhicule.
  • Au moment de l’embarquement et du débarquement, garder une distance sécuritaire avec le véhicule lorsqu’il est en mouvement.
  • Ne pas manger dans l’autobus.

 

Des questions ?

Si vous avez des questions sur le transport scolaire, nous vous invitons à consulter la page Transport scolaire sur le site internet du CSSMB.

Au Québec, l’école est gratuite du préscolaire à la fin du secondaire. Il n’y a donc pas de frais de scolarité et l’école prête aux élèves tout le matériel pouvant être réutilisé. On pense aux manuels, aux articles de sport, au matériel d’arts plastiques, aux instruments de musique et au matériel de laboratoire scientifique. Les élèves ont également accès gratuitement aux installations de l’école, par exemple la bibliothèque, le gymnase, le laboratoire et la salle de musique.

 

Le matériel à acheter

Vous devrez cependant assumer les frais pour le matériel qui ne peut pas être réutilisé. Par exemple les cahiers d’exercices dans lesquels les élèves écrivent, les crayons et les gommes à effacer. Votre enfant devra aussi avoir son sac d’école, sa règle, ses ciseaux et son sac-repas.

La liste complète de ces effets vous sera fournie quelques semaines avant la rentrée. Le coût varie d’une année à l’autre. Une chose est certaine, si votre enfant prend soin de son matériel, il pourra l’utiliser pendant plusieurs années et ainsi vous éviter des frais.

Nous vous invitons à inscrire le prénom et le nom de votre enfant sur tous ses effets scolaires, de même que sur ses chaussures, bottes et manteau.

 

Les autres frais

Des frais pourraient être associés à certaines activités parascolaires offertes en dehors de l’horaire scolaire ; par exemple un atelier scientifique présenté par un animateur pendant la période du dîner. Ces activités sont facultatives.

Dans certaines écoles, l’organisme de participation des parents organise des campagnes de financement dans le cadre desquelles il vend de menus objets ou de la nourriture. Votre contribution est appréciée, mais facultative.

Les membres du conseil d’établissement décident de l’utilisation des profits. Ils favorisent généralement des activités dont bénéficieront les élèves au cours de l’année, par exemple des spectacles.

 

Le service de garde et de surveillance des dîneurs

Des frais pourraient être associés à certaines activités parascolaires offertes en dehors de l’horaire scolaire ; par exemple un atelier scientifique présenté par un animateur pendant la période du dîner. Ces activités sont facultatives.

Dans certaines écoles, l’organisme de participation des parents organise des campagnes de financement dans le cadre desquelles il vend de menus objets ou de la nourriture. Votre contribution est appréciée, mais facultative.

Les membres du conseil d’établissement décident de l’utilisation des profits. Ils favorisent généralement des activités dont bénéficieront les élèves au cours de l’année, par exemple des spectacles.

 

La facturation

Les factures sont payables dès leur réception. Le CSSMB privilégie le paiement par Internet. Il demande d’effectuer un paiement par enfant. Notez que les montants impayés constituent une dette au Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Soulignons que l’ensemble des frais facturés aux parents sont encadrés par la Loi visant à préciser la portée du droit à la gratuité scolaire et à permettre l’encadrement de certaines contributions financières pouvant être exigées. Tous les montants facturés aux parents doivent être approuvés par le conseil d’établissement, lequel est en partie constitué de parents.

À l’écoute de leur milieu, les écoles font tout en leur possible pour limiter les dépenses des parents afin de favoriser la réussite de tous.

Les familles et l’équipe-école sont des partenaires. Leur mission : assurer la réussite des élèves. Pour y parvenir, ils doivent communiquer efficacement de façon constructive, dans le respect et la bienveillance.

Trouver un établissement

 

Le secrétariat

Le secrétariat est généralement votre premier point de contact avec l’école de votre enfant. Si ce dernier est malade et s’il doit s‘absenter, vous devez laisser un message sur les boîtes vocales de l’établissement et du service de garde. Chaque matin et au retour du dîner, une des premières tâches des enseignantes et des enseignants est la prise des présences. Si votre enfant est absent et que nous n’avons pas été prévenus, nous devrons vous contacter afin de nous assurer qu’il est en sécurité.

 

Le portail Mozaïk

Nous vous invitons à consulter régulièrement le portail Mozaïk.ca. Mozaïk est un véritable tableau de bord sur lequel vous trouverez absolument tout : résultats de votre enfant, sommes payées et à payer, calendrier scolaire, et même, pour certaines écoles, la liste des devoirs et des leçons, sans oublier des messages de l’école, de l’enseignante ou de l’enseignant de votre enfant. Profitez de votre passage sur Mozaïk pour vous assurer que vos coordonnées sont les bonnes. Il est important que l’école puisse facilement vous joindre par téléphone ou par courriel.

 

Le site internet

La plupart des établissements animent un site internet présentant une grande variété d’informations sur l’école, entre autres, des informations sur les programmes, les activités du service de garde et le code de vie, c’est-à-dire les règlements que votre enfant doit observer. Notez que plusieurs sites d’école présentent également les coordonnées de ressources communautaires susceptibles de venir en aide aux familles aux prises avec des problématiques sociales.

 

Les réseaux sociaux

Bon nombre d’écoles animent une page Facebook. Elles y présentent surtout de l’information sur les activités scolaires et parascolaires. Certaines sont également présentes sur Twitter et Instagram.

 

L’agenda

Vous devez tous les jours jeter un œil à l’agenda de votre enfant, car il est possible que l’enseignante ou l’enseignant y ait laissé un message à votre intention. Vous pouvez aussi vous servir de l’agenda pour communiquer avec l’enseignante ou l’enseignant. Notez que lorsque l’école inscrit une information dans l’agenda, elle considère qu’elle a été reçue par le parent.

 

Google classroom

Certains enseignants utilisent aussi Google Classroom pour transmettre des informations aux parents, par exemple la liste des devoirs et des leçons.

 

Les rencontres

Vous serez invité à rencontrer l’enseignante ou l’enseignant de votre enfant à trois reprises au cours de l’année. Habituellement, une première rencontre aura lieu un peu avant ou un peu après la rentrée pour présenter la planification pédagogique qui sera réalisée tout au long de l’année scolaire, le fonctionnement de la classe et de la communication école-famille propre à l’enseignante ou à l’enseignant de votre enfant. Par la suite, deux rencontres vous permettront de discuter de la progression de votre enfant lors de la publication du bulletin. Vous pourriez aussi avoir à rencontrer l’enseignante ou l’enseignant ou une équipe d’intervenantes et d’intervenants lors de la mise sur pied ou la révision d’un plan d’intervention adapté pour soutenir votre enfant dans son cheminement scolaire. Il va de soi qu’il est possible de rencontrer l’enseignante ou l’enseignant à d’autres moments si vous jugez que c’est nécessaire. Vous devrez alors prendre rendez-vous. Il est à noter que ces modalités peuvent changer d’une école à l’autre.

 

Les bulletins

Les bulletins sont des outils de communication essentiels. Vous y lirez des résultats par discipline et par compétences évaluées qui démontrent la progression de votre enfant et une appréciation de son comportement. Par exemple, un élève ayant obtenu plus de 80 % démontre une maîtrise satisfaisante de la compétence, un élève ayant obtenu 70 % est considéré en fragilité, tandis qu’un élève ayant obtenu moins de 60 % est considéré en échec.

 

Les modes de communication entre les parents et l’école n’ont jamais été aussi nombreux, variés et efficaces. N’hésitez pas à les utiliser, après tout, nous sommes des partenaires. Cependant, il est important de se rappeler que la première mission de l’enseignant est l’intervention directe auprès de votre enfant et des autres élèves de la classe. Le nombre et la longueur des communications doivent donc tenir compte de cette réalité.

De nombreuses personnes travaillent dans les écoles primaires du CSSMB. Dans une petite école, on en compte une bonne soixantaine. Si elle est plus grande, ce nombre peut doubler.

 

Le personnel administratif

La ou le secrétaire est bien souvent votre premier lien avec l’école. C’est la personne qui vous accueille lorsque vous arrivez et qui répond si vous téléphonez ou si vous rappelez l’école. Elle pourra vous donner le renseignement recherché ou vous diriger vers la personne qui pourra vous aider. La ou le secrétaire travaille étroitement avec la directrice ou le directeur qui voit au bon fonctionnement de l’école.

Les directions portent deux chapeaux ; d’abord celui de leader pédagogique, ensuite celui de gestionnaire.

Selon la taille de l’école, d’autres membres du personnel de soutien peuvent se joindre à l’équipe, par exemple des agents de bureau et une direction adjointe.

 

Les enseignantes et les enseignants

L’école compte de nombreux enseignantes et enseignants. D’abord, les titulaires qui sont responsables d’un groupe et qui offrent les matières de base.

L’école compte également sur des spécialistes en anglais, art dramatique, danse, musique, arts plastiques et éducation physique que les élèves du primaire rencontrent une ou deux fois par semaine.

Les élèves éprouvant des difficultés d’apprentissage obtiennent le soutien des enseignantes ou des enseignants orthopédagogues et parfois des enseignantes et enseignants-ressources qui les aident à développer leurs compétences en lecture, en écriture ou en mathématiques. Des enseignantes et des enseignants en soutien linguistique se joignent aussi à l’équipe pédagogique et pourraient intervenir pour soutenir votre enfant s’il est en apprentissage de la langue française et qu’il éprouve certaines difficultés.

 

Les intervenantes et les intervenants des services complémentaires

L’école offre des services complémentaires, lesquels sont soutenus par différents intervenantes et intervenants. Les services peuvent être différents d’une école à l’autre, selon les besoins des élèves et selon les ressources disponibles.

L’orthophoniste est la ou le spécialiste des problèmes de la communication. Elle ou il s’occupe de la prévention, de l’identification et de l’intervention corrective des problèmes de la communication en ce qui concerne la parole, le langage oral et écrit ainsi que toutes les formes de communication non verbale.

La psychoéducatrice ou le psychoéducateur, de même que la technicienne ou le technicien en éducation spécialisée, favorisent l’intégration scolaire et l’adaptation socioaffective de l’élève.

La ou le psychologue offre pour sa part des services de dépistage, d’évaluation, d’accompagnement et de consultation en lien avec les difficultés ayant un impact sur le fonctionnement scolaire de l’élève.

L’animatrice ou l’animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire, communément nommé AVSEC, accompagne l’élève dans la construction de son identité et de sa vision du monde. Il l’amène à développer sa conscience sociale, son pouvoir d’action et son engagement citoyen à l’école et dans sa communauté.

L’ergothérapeute peut travailler avec tout élève ou groupe d’élèves qui présente un ou plusieurs défis dans son rendement occupationnel.

La travailleuse ou le travailleur social accompagne des élèves et des familles pour mettre en place des conditions favorables au développement psychosocial de l’élève.

La ou le bibliothécaire a pour mandat de faire la promotion de la bibliothèque et de la lecture, de développer les compétences informationnelles des élèves ainsi que de soutenir et conseiller les directions d’école dans le maintien et le fonctionnement de la bibliothèque scolaire.

La préposée ou le préposé aux élèves handicapés aide l’élève handicapé afin qu’il participe aux activités liées à sa scolarisation. Elle ou il l’assiste dans ses déplacements, voit à son bien-être, à son hygiène et à sa sécurité, conformément aux instructions reçues dans le cadre d’un plan d’intervention. Le plan d’intervention a pour objectif d’aider l’élève qui a besoin d’un suivi adapté à progresser de façon optimale dans le développement des compétences menant à sa réussite.

 

L’équipe du service de garde

L’équipe du service de garde et de surveillance des dîneurs est imposante. Elle compte une technicienne ou un technicien qui est responsable de la planification et de l’organisation de ces services.

Cette personne reçoit l’appui d’une équipe d’éducatrices et d’éducateurs responsables des enfants qui leur sont confiés, avant et après les heures de classe, le midi ainsi que lors des journées pédagogiques.

Les surveillantes et surveillants d’élèves assurent la sécurité des élèves lors de la période du dîner.

 

Sans oublier

D’autres personnes sont présentes plus sporadiquement. L’intervenante ou l’intervenant communautaire scolaire, mieux connu sous le sigle ICS accompagne les familles dans le besoin. Elle ou il accompagne également les nouveaux arrivants en faisant le lien avec les organismes communautaires qui peuvent leur venir en aide.

Une infirmière ou un infirmier scolaire, de même qu’une ou un hygiéniste dentaire, interviennent de façon sporadique pour offrir des activités de prévention.

Enfin, les conseillères et conseillers pédagogiques ont pour mandat d’offrir de la formation, du soutien et de l’accompagnement au personnel des équipes-écoles, au regard des services éducatifs, des services de l’adaptation scolaire et des services complémentaires, par exemple les saines habitudes de vie.

Nous retrouvons dans nos écoles primaires des gens dédiés qui jouent un rôle important dans la réussite de votre enfant. Comme le dit si bien le proverbe : Il faut tout un village pour élever un enfant.

À titre de parent, vous êtes invité à vous impliquer dans la réussite éducative des élèves.

À travers les activités du conseil d’établissement et de l’organisme de participation des parents, vous aurez notamment l’occasion de contribuer à l’organisation d’activités éducatives ou extrascolaires afin de favoriser le bien-être et l’épanouissement des élèves.

 

La composition du conseil d’établissement
Les règles de fonctionnement du conseil d’établissement sont établies par la Loi sur l’instruction publique. Il est composé de parents, de membres du personnel, de membres de la communauté ainsi que de la direction de l’école. Au secondaire, le conseil est aussi composé d’élèves. Le nombre de membres peut varier en fonction des milieux et des années, mais il doit y avoir au moins quatre parents. Les membres parents du conseil d’établissement sont élus par l’assemblée générale des parents en début d’année scolaire ; leur mandat est de deux ans. 

Le conseil d’établissement se rencontre au moins cinq fois par année.

 

Le rôle du conseil d’établissement

Le rôle du conseil est très important, puisqu’il détermine les grandes orientations de l’établissement en fonction des besoins des élèves. Il doit se prononcer sur des questions d’ordre pédagogique, par exemple :

  • Le temps alloué aux différentes matières.
  • Le projet éducatif, c’est-à-dire un document dans lequel se trouvent les orientations de l’école, ses objectifs et les cibles à atteindre pour soutenir la réussite éducative de tous les élèves.

Le conseil se penche aussi sur des questions financières, par exemple :

  • Le budget de l’école.
  • Les contributions financières pour le matériel qui n’est pas visé par la gratuité scolaire.
  • Les campagnes de financement permettant d’offrir des activités aux élèves ou d’améliorer les installations.

Enfin, les membres du conseil sont invités à réfléchir aux mesures à prendre pour assurer la bonne marche de l’école, par exemple :

  • Le plan de lutte contre la violence et l’intimidation.
  • Les règles de conduite.
  • Les mesures de sécurité.

 

L’organisme de participation des parents

Certaines écoles primaires se dotent également d’un organisme de participation des parents, communément nommé l’OPP.

Le rôle de l’OPP est de favoriser la participation des parents à l’élaboration, à la réalisation et à l’évaluation du projet éducatif. Il promeut également le soutien que les parents doivent accorder à la réussite scolaire de leur enfant.

L’assemblée générale des parents décide de la composition de l’OPP et de ses règles de fonctionnement. Elle peut créer autant d’organismes qu’il y a d’édifices composant l’école.

 

Le bénévolat

Enfin, vous pouvez vous engager comme bénévole, par exemple pour accompagner les élèves lors de sorties scolaires, animer les activités de la bibliothèque ou participer à des corvées d’embellissement.

Pour assurer la sécurité de tous les élèves, si vous désirez vous impliquer et être présent à l’école ou lors de sorties scolaires, vous devrez remplir un formulaire pour faire vérifier vos antécédents judiciaires.  

Que ce soit à titre de membre du conseil d’établissement ou de l’organisme de participation des parents ou encore comme bénévole, il y a une place pour vous à l’école de votre enfant.

De Marguerite Bourgeoys à aujourd’hui, le système scolaire a beaucoup évolué. Le réseau québécois accueille actuellement près d’un million d’élèves au préscolaire, au primaire et au secondaire. Pour instruire, socialiser et qualifier ces enfants, adolescentes et adolescents, le gouvernement a établi des règles.

Voici les principaux encadrements légaux auxquels sont soumis les établissements scolaires, les élèves et les parents.

 

L’obligation de fréquentation scolaire

Les élèves sont tenus de fréquenter l’école dès l’âge de six ans, c’est-à-dire à partir de la première année du primaire, jusqu’à ce qu’ils atteignent seize ans ou obtiennent un diplôme d’études secondaires.

Le préscolaire n’est pas obligatoire, mais si vous y inscrivez votre enfant, son programme d’apprentissage sera encadré par la Loi sur l’instruction publique, cela signifie qu’il devra suivre toutes les règles, notamment le respect de l’horaire et du calendrier scolaire. L’assiduité et la ponctualité sont des valeurs importantes à l’école.

Vous devez savoir que le programme scolaire est substantiel et que de la nouvelle matière est présentée tous les jours. Toute absence occasionne donc un retard dans les apprentissages et insécurise votre enfant.

 

La langue

Dans toutes nos écoles, la langue d’enseignement, de travail et de communication est le français. Cela signifie que les activités scolaires et parascolaires se déroulent toutes dans la langue de Félix Leclerc. Sauf exception, la langue de communication avec les parents est uniquement le français, tant à l’écrit qu’à l’oral.

 

La laïcité

Depuis 1998, les écoles publiques québécoises sont laïques ; il n’y a donc pas de cours de religion.

 

L’apprentissage par compétences

L’apprentissage par compétences nécessite que l’élève s’implique dans ses apprentissages en utilisant les savoirs essentiels et en les réinvestissant dans divers contextes. Les enseignantes et les enseignants évaluent des compétences reliées aux matières comme le français et les mathématiques, de même que les compétences transversales comme la méthodologie de travail, la coopération et le jugement critique.

Le ministère de l’Éducation évalue ponctuellement l’atteinte des compétences par les élèves. Au primaire, en 4e et en 6e année, votre enfant devra en principe passer des épreuves ministérielles. Ces dernières tracent le portrait provincial du développement des élèves.

Même si les résultats de ces épreuves apparaissent au bulletin de votre enfant, elles ne représentent qu’un élément parmi tous ceux utilisés par l’enseignante ou l’enseignant pour porter un jugement sur le développement de ses compétences.

L’enseignante ou l’enseignant est le seul professionnel pouvant attribuer un résultat au bulletin de votre enfant. Pour ce faire, elle ou il utilise ses observations, les travaux, les épreuves obligatoires ou non, les tests et toute autre trace des apprentissages qui lui semble pertinente.

 

L’importance du rôle du parent

Différents encadrements légaux assurent la cohérence des pratiques dans l’ensemble des écoles du Québec.

La Loi sur l’instruction publique détermine, entre autres, les droits des élèves, les rôles et les responsabilités des centres de services scolaires, celle des directions d’établissement et celle des enseignantes et des enseignants.

Le régime pédagogique définit l’ensemble des matières devant être offertes aux élèves ainsi que le temps consacré à l’apprentissage de chacune.

Le Programme de formation de l’école québécoise constitue un ensemble structuré d’éléments permettant la réalisation du projet éducatif de chaque établissement. Ses composantes sont ancrées dans les réalités culturelles, économiques, géographiques, historiques, sociales et politiques du Québec contemporain.

La progression des apprentissages indique quels savoirs essentiels doivent être enseignés à quel niveau scolaire.

Enfin, différentes politiques du ministère de l’Éducation encadrent les écoles. On pense à la Politique pour les élèves en difficulté d’apprentissage ou à celle sur l’évaluation des apprentissages.

 

Le projet éducatif

Bien que toutes les écoles du Québec suivent le même programme, le projet éducatif de chaque école permet à chacune d’avoir sa propre couleur. Ainsi, une école peut offrir plus de sport, d’art ou de sciences que le prescrit le régime pédagogique. Elle peut même se doter d’un programme particulier. On pense, par exemple, aux écoles alternatives ou à celles offrant un programme axé sur le sport ou les arts, ou encore le programme d’éducation internationale.

 

Le système scolaire québécois repose sur de solides assises permettant d’offrir les meilleures conditions d’apprentissage possible à tous les élèves.

Nous aimerions connaître votre opinion.

Sur 10, quelle note donnez-vous à la qualité du site ?*