Soirée reconnaissance 2023

Rétrospective en images de cette magnifique soirée

Nous vous invitons à parcourir les photos de cet événement mémorable.

N’hésitez pas à télécharger les photos que vous désirez conserver en souvenir en utilisant le lien de téléchargement situé en haut à droite lorsque vous cliquez sur une photo.

Quelques témoignages de nos collègues retraités

Le CSSMB fait partie de l’histoire de ma famille : ma mère a été enseignante, ma soeur enseigne toujours et mes deux filles y ont travaillé quelques années.

— Lyne Ste-Marie

23 belles années de bonheur au CSSMB. J’ai travaillé avec des personnes professionnelles, engagées et qui m’ont aidé à atteindre mes objectifs. De plus, j’ai gardé de belles amitiés pour la vie. Que de beaux souvenirs.

— Mireille Bernard

Alors qu’une collègue fermait sa classe d’accueil et se préparait à déménager une fois de plus vers une autre école, j’ai cherché en vain à l’encourager et à la rassurer. Sans hésitation
et tout sourire, elle me répond plutôt qu’elle le vit comme une nouvelle aventure, comme un voyage. Elle y relèvera de nouveaux défis, rencontrera de nouveaux enfants et de nouveaux collègues dans un environnement à apprivoiser. Une belle leçon d’espoir et de confiance!

— Edith Laporte

Arrivée au CSSMB en 1999, après la fusion des commissions scolaires. Objectif : affecter à chaque école de la psychoéducation. Dans ce contexte, j’ai eu l’opportunité d’acquérir de l’expérience avec une clientèle variée à travers les années. En 2006, j’ai rejoint la belle équipe du service EDA. Des défis à profusion en consultation auprès des équipes-écoles, des relations enrichissantes et du partage de vécu dans un accompagnement positif.
L’équipe EDA est une belle grande famille! ♥️

— Diane Henry

C’est en travaillant dans une école du CSSMB (autrefois Commission des écoles catholiques de Verdun) que j’ai rencontré mon mari, qui y était lui aussi. Nous sommes ensemble depuis plus de 33 ans!  Merci CSSMB de l’avoir mis sur mon chemin!

— Lyne Ste-Marie

C’est la fois où les employées et employés de tous les secteurs du Secrétariat général, une bonne vingtaine à l’époque, ont été rassemblés pour dîner dans le « chic » dépôt d’archives de la rue Deslauriers.
Un événement rendu possible par ma volonté et celle de la directrice, Marie-Josée Villeneuve, de créer des liens au sein du Secrétariat général.
Une occasion unique pour mon équipe d’exposer fièrement son milieu de travail ainsi que ses défis.
Un succès à bien des égards!

— Viviane Laurendeau

Durant 30 ans, la joie de faire chanter en choeur et d’un seul coeur le chant-thème de l’année à mes 450 élèves d’Enfant-Soleil, pour clôturer le spectacle de musique annuel.

— Marie-Martine Michaud

Évoluer professionnellement dans les écoles primaires, un bonheur unique! Année après année, le plaisir, avec beaucoup d’exigences, mais plaisir tout de même, d’accompagner cette multitude d’enfants, être un témoin privilégié de leur petite et grandiose évolution. Le CSSMB est centré sur un travail d’équipe du tonnerre!

— Anne Larose

Il y a 36 ans, une jeune fille fraîchement sortie de l’école commençait à travailler pour Baldwin- Cartier, qui s’est transformé en CSMB et en CSSMB.
Qui eut cru que c’était le début d’une carrière en service de garde à l’école Saint-Rémi pendant 35 ans.
Il y avait 20 élèves au service de garde à mes débuts, lorsque j’ai quitté, il y en avait autour de 200, 570 si on inclut le service des dîneurs, j’ai participé à la progression des services de garde qui sont maintenant éducatifs, lucratifs et sécuritaires.

— Rosemina Khimjee

Il y a environ 15 ans, des téléphones ont été installés dans toutes les classes de l’école. La direction s’est empressée de nous interdire leur utilisation!
En moins de deux, presque tous les enseignants ont dérogé à cette interdiction pour communiquer avec excitation avec les collègues. Complices, les élèves pouffaient de rire avec nous!

— Johanne Proteau

J’ai connu toute une carrière au CSSMB… j’y ai travaillé dans les écoles, les centres et les services.  Tout au long de mon parcours, j’ai fait des rencontres exceptionnelles… des gens qui ont forgé ma vie et influencé celui que je suis devenu… Merci à vous tous qui aurez fait paraître ce passage de près de 35 ans très court.  Le temps file… mais même à la retraite…  je garderai le CSSMB tatoué sur mon coeur.

— Martin Graton

J’ai enseigné en première année la majeure partie de ma carrière. Un jour, je présente un projet d’équipe sur les animaux polaires. Une fois les équipes formées, un de mes élèves vient me voir avec les larmes aux yeux.

-Que se passe-t-il Philippe?
– Madame Marie, je ne peux pas faire ma recherche sur l’ours polaire!
-Pourquoi?
-Parce que je ne connais rien sur l’ours polaire!

Voilà une des raisons pour lesquelles je suis restée si longtemps en première année… C’était juste trop drôle!

— Marie Atalla

Je ne suis pas nostalgique, je suis plutôt fier d’avoir pu participer à l’évolution du CSSMB comme dirigeant et partenaire.

— Richard Guillemette

Le projet de SLAM-POÉSIE, qui a débuté dans ma classe, et qui a pris de l’expansion dans toutes les classes de 6e année de mon école.
Le projet a pris davantage d’expansion en rejoignant plusieurs écoles du CSSMB.
Le projet a mené à un concours annuel. En fin d’année, chaque école devait sélectionner ses trois meilleurs slameurs et procéder à leur inscription pour le Concours d’interprétation en salle.
Le Parlement écolier à Québec. Le projet de loi de notre école a été sélectionné.

— Réjean Bouliane

Meilleurs années avec les enseignantes du premier cycle à l’école primaire Pointe-Claire.

— France Litalien-Allard

Merci au CSSMB de m’avoir permis de vivre la carrière de mes rêves. J’aime penser avoir fait une différence dans la vie de mes élèves et surtout, de leur avoir donné le goût d’apprendre. Merci pour toutes les belles rencontres qui continuent encore et encore…

— Dominique Dupuis

Merci au CSSMB pour sa flexibilité concernant les temps partagés. J’ai pu continuer ma carrière en tant que partageante en permettant aux enseignantes ainsi qu’à moi-même de concilier travail-famille. Je prends maintenant ma retraite avec la grande fierté d’avoir contribué au domaine de l’éducation et je suis reconnaissante d’avoir côtoyé des collègues formidables.

— Monica Lange

Merci au CSSMB qui m’a donné ce privilège d’être un enseignant pour le programme de Réception en hôtellerie pendant 27 ans. Je vais toujours me rappeler les soirées où le CSSMB nous a fait confiance, à moi et à mes élèves, pour prendre soin du service et suivre le bon déroulement de la soirée, ces moments sont inoubliables pour moi et mes élèves, surtout lorsque nous recevions les lettres de remerciement ainsi que les photos qui nous ont donné le courage de continuer. Merci à tous les responsables du CSSMB.

— Samir Mazloum

Mes meilleures souvenirs sont les fantastiques amitiés que j’ai développées pendant toutes ces années. J’ai eu le privilège d’avoir des confrères de mathématiques hors pairs et un confident fantastique en prof. de physique. Les multiples directions qui se sont succédées aux cours des années ont été compréhensives envers ma pédagogie et mon professionnalisme. Je souhaite que les directions futures l’appliquent également, pas juste en paroles, mais en gestes.

— Jean-Pierre Poirier

Mes plus beaux souvenirs sont ceux lors de créations de pièces de théâtre et de théâtre de marionnettes avec les élèves. J’ai fait ces projets avec les élèves de tous les cycles du primaire. Tous les élèves en bénéficiaient : les élèves doués et les élèves avec des difficultés au niveau académique ou autre. Ce furent de très belles expériences.

— Ginette Gauthier

Mes plus beaux souvenirs sont inévitablement mes années passées à l’école primaire Île-des-Soeurs. J’ai eu la chance de côtoyer une équipe-école accueillante, dynamique, professionnelle et bienveillante. J’y ai trouvé de fantastiques collègues qui resteront des amies pour la vie!

— Manon Labelle

Plusieurs bons souvenirs. Autant avec le personnel qu’avec les élèves, je n’étais pas seulement le concierge, mais M. Steve, le bon matin de tous chaque jour et le sourire des enfants quand je travaillais dans les corridors avec… soit une petite mimique à leur faire, ou bien me déguiser à l’occasion de fêtes comme Noël ou l’Halloween. Sans oublier le service de garde qui, très souvent, se demandait quelle surprise je lui réservais.

— Steve Weightman

Tout au long de ma carrière, j’ai rencontré des collègues en or!!!

— Annick de la Sablonnière

Quelques témoignages de nos collègues ayant 25 ans de service ou plus

Quand j’ai débuté ma carrière, au préscolaire, une collègue a tout de suite attiré mon attention : c’était MON enseignante de maternelle! Elle était heureuse de me revoir et moi aussi, car je l’avais adorée, mais je crois qu’elle était surtout un peu troublée!

Plus tard, j’ai complété la tâche de celle qui avait été mon enseignante tant aimée lorsque j’étais en 6e année : quel privilège! Je m’en rappelle encore comme si c’était hier…

— Catherine Chagnon

2003 fut une année marquante au pavillon Saint-Germain de l’école Saint-Laurent. Nous avions un groupe de danseurs B-boy (break dancing), des chanteurs et chanteuses (St-Germain Hip Hop connection) ainsi qu’un groupe de danseuses (Fly Girlz). Nous avons donné un spectacle à l’école secondaire Pierre-Laporte et au pavillon Saint-Germain. Les élèves du groupe de morale en deuxième secondaire  avaient écrit les textes des chansons. Moments mémorables!!!

— Stéfane St-Cyr

25 ans de carrière, il y en a des beaux souvenirs.
J’ai tellement fait de projets avec des enseignantes extraordinaires,
Une école est une grande famille.
Nous vivons les joies et les peines de nos collègues, mais aussi celles de nos élèves.
Je me trouve privilégiée d’avoir encore la passion après 25 ans de carrière.
Merci la vie.

— Louise Gamache

À la création de la Commission scolaire, j’étais un jeune prof. Je travaillais à Paul-Gérin-Lajoie, dans la Commission scolaire Sainte-Croix. Les contraintes syndicales on provoqué un mouvement de personnel intense qui m’a amené à l’école secondaire Dalbé-Viau que je n’ai jamais quittée depuis. J’y terminerai ma carrière… Une situation stressante qui s’est transformée en beau souvenir.

— Stephane Ouellet

À mes 40 ans, mes collègues, mon conjoint et mes amis m’ont organisé un méga party. Je ne me suis jamais douté de rien. On s’est dit à demain comme d’habitude. Et un peu plus tard, je les ai tous retrouvés au resto. J’étais tellement surprise… ils sont toujours dans ma vie.

— Jolène Lafond

A mes début à la Commission des écoles catholiques de Verdun (CECV), j’ai eu la plaisir de travailler à l’école secondaire Monseigneur-Richard (ESMR) d’où j’avais gradué en 1986, alors appelée la PMR (Polyvalente Monseigneur-Richard).
J’ai eu la chance de participer comme enseignant à ce spectacle de fin d’année si merveilleux qu’était la “Parade de Mode”… comme en 1986.
C’était tout simplement magique.

— Stéphane Bossé

Alors que j’étais nouvelle à mon école, j’ai entendu un élève sortir de sa classe en disant à son enseignante: “ J’te déteste!”, mais celle-ci ne l’a pas entendu. J’ai parlé à l’enseignante, Catherine Guénette, et elle a demandé à l’élève de répéter. Il lui a dit: “J’ai dit : Je prends ma veste”! Oups! Depuis ce jour, Catherine et moi, nous nous disons “J’te déteste!” Quand nous nous croisons!

— Valerie Belleau

Arrivant à la Commission scolaire Sainte-Croix depuis la Rive-Sud de Montréal en août 1997 et en voyant la composition de la clientèle de mon école, j’ai constaté avec enthousiasme que j’allais sûrement pouvoir y continuer encore longtemps la carrière dont j’avais toujours rêvé et pour laquelle j’avais étudié, soit celle d’enseignante en classe d’accueil. C’est à Saint-Laurent, à la CSMB, puis au CSSMB, que j’ai pu me réaliser professionnellement, à Bois-Franc, Aquarelle, Laurentide, Hébert et, finalement, Katimavik.

— Nathalie Caron

Avant j’étais à la Commission scolaire Sault-Louis et il y avait beaucoup de compétions avec la Commission scolaire du West Island et maintenant c’est dans l’ouest de Marguerite-Bourgeoys que je travaille ! 😁

— Johanne Gagnon

C’est Denise Gaudet qui m’a fait passer ma première entrevue. Une femme déterminée et tellement inspirante. À ses côtés, nous avons, avec sept de nos collègues, écrit un livre qui s’intitule “La coopération en classe”.

Que de discussions passionnées, que d’échanges stimulants. Tout ce temps passé à trouver des façons de mieux accompagner les élèves afin de les amener plus loin dans leur réflexion intelligente concernant ce mode d’apprentissage coopératif. Un pur plaisir sans cesse renouvelé!

— Geneviève Robert

C’était pendant le printemps, dans mon cerveau la journée de travail était programmée. Lorsque j’ai pris la route pour le travail, il y avait très peu de voitures sur la route. Arrivée au bureau, j’étais toute seule. Je téléphone mon supérieur pour lui dire que le concierge n’était pas là et mon patron me répond Astrid, on est dimanche !
Oups, pour vous dire, j’aime tellement mon travail, je travaille même en fin de semaine.
Je suis heureuse de travailler à la formation professionnelle.

— Astrid Gacette

Ce fut un voyage incroyable à vos côtés. J’ai eu la chance de travailler avec des collègues exceptionnelles, à Notre-Dame-de-la-Garde.

— Louise Beaulac

Ce qui me touche le plus, c’est de voir un élève à qui j’ai enseigné, prendre plusieurs années avant de me remercier…

— Isabelle Turcot

De porter le beau maillot orange et bleu avec les lettres CSMB lors de ma première participation à La boucle en juin 2016, avec plusieurs autres collègues!
À chaque année, le nombre de cyclistes de la CSMB augmentait! J’étais bien fière de représenter notre centre de services.

— Julie Richer

Début de carrière à Toronto, car il n’y avait pas de postes d’enseignant à Montréal en 1989 ! Que les choses ont changé ! Je suis élève gradué de PDS (Polyvalente des Sources) et j’ai enseigné la mathématique en début de carrière à Félix-Leclerc, Jean-XXIII et Saint-Georges. Bizarre d’enseigner auprès de ses propres enseignants ! Me voici à ma 34e année et bien que la mathématique va me manquer à ma retraite, les élèves vont me manquer aussi.

— Jean Pichette

Depuis mon embauche, j’ai changé d’employeur quelques fois sans donner ma démission : Commission scolaire Baldwin-Cartier, Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et maintenant Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys. 😉

— Nathalie Latour

Du haut de mes 5 pieds (1 m 52), lors d’une séance de mouvement volontaire, alors que je me trouvais vers le fond de la salle, on me demandait à répétition de me lever pour formuler mon choix… mais j’étais déjà debout !!! Toute l’assistance a bien ri.

— Lucie Sergerie

Embauche au siège social de la Commission scolaire Sault-Saint-Louis (qui est maintenant le centre éducatif du CSSMB).
Aider la secrétaire d’école à faire du travail administratif lors de la crise du verglas (sans électricité, donc il faisait très froid dans l’école!).
Beaucoup de beaux projets avec mes élèves : Transformation de chenilles de monarques en papillons qui ont été relâchés par mes élèves de 3e année. Projet sur la sensibilisation au bruit, rédaction de poèmes, de calligrammes, etc.

— Marijo Emond

Engagée pour l’année scolaire 1991-1992, le service de psychochoéducation comptait alors six psychoéducateurs (à la Commission scolaire Sainte-Croix).
Plus de trente ans plus tard, je suis très fière d’avoir contribué à l’essor de ce service (auprès du CSSMB), un service si précieux, qui fait une différence à mes yeux.

— Lise Desbiens

Grâce au CSSMB, j’ai pu expérimenter diverses façons d’enseigner : classe branchée et co-enseignement dans un seul et même local. On m’a toujours appuyée! Un sincère merci!

— Diane Leblanc

Il y a 25 ans, j’étais étudiante au collégial, mon rêve était d’être enseignante. J’ai débuté comme surveillante de dîner, animatrice d’activités parascolaires, responsable à l’aide aux devoirs, après des études, technicienne en loisir,  technicienne en éducation spécialisée, technicienne en transport scolaire et finalement technicienne en administration, malgré que je ne sois pas enseignante, j’ai réussi à me faire une place dans le milieu scolaire. Il n’y a pas de chemin atypique, que de la résilience et de la persévérance !

— Geneviève Dumont

J’ai débuté en 1992 à l’école Dalbé-Viau. À l’époque, il était difficile d’avoir une tâche. Cela m’a pris six ans avant d’obtenir un poste à temps plein. Ce n’est plus le cas aujourd’hui!

C’était le temps où on faisait nos photocopies avec la machine à l’encre et que ça sentait bon! Le temps où il y avait des fumoirs dans les écoles. Le temps où on écrivait à la craie. Ça paraît loin maintenant!

— Brigitte Cool

J’ai déjà dansé en chantant “September” pendant quelques instants avec deux collègues dans mon bureau, un vendredi 16 h, après une folle journée.
On avait dérangé un collègue qui était au téléphone au même moment. Oups… Terminé, le party!  On avait bien ri, après.

— Sylvie Lasnier

J’ai des souvenirs très chaleureux avec mes collègues et certaines autres personnes, mais je m’abstiens d’écrire quoi que ce soit sur le CSSMB

— Miriam Challita

J’ai eu comme collègues certains de mes anciens élèves! Ouch! 🙂

— Guillaume Hudon

J’ai plusieurs anecdotes à vous raconter. Mais j’ai plutôt le goût de vous partager mon sentiment d’accomplissement. La fierté d’avoir été la porte d’entrée de la culture québécoise pour des centaines d’enfants venus d’ailleurs. D’avoir aidé des enfants à grandir dans un milieu sain et sécuritaire et d’avoir participé à un meilleur futur pour nous tous.

— Patrick Lamarche

J’ai plusieurs souvenirs qui me viennent en tête. Les cours d’éducation physique à la piscine de l’école alternative Nouvelle-Querbes, les nombreuses rencontres internationales, les regroupements des commissions scolaires (Sainte-Croix et CSMB), les petites écoles devenues grandes (Morand-Nantel-Beau-Séjour), des agrandissements (Beau-Séjour, Enfants-du-Monde, Terre-des-Jeunes) et les inaugurations, l’ouverture de l’école au Trésor-du-Boisé, les courses Saint-Laurent et les changements de gestion vers la pédagogie.

— Marie-Josée Alarie

J’ai rencontrée de belles personnes tout au long de mon parcours qui sont devenues des amies et j’aimerais tout particulièrement remercier Mme Julie Lupien, avec laquelle j’ai développé une belle complicité. Merci à toi belle Julie! Je t’aime. Mme Anne xxx

— Anne Cholette

J’ai toujours travaillé en adaptation scolaire comme orthopédagogue, comme enseignante en classe spécialisée (langage, difficultés graves d’apprentissage) et comme conseillère pédagogique. J’ai à coeur les élèves handicapés avec difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.
J’ai reçu le prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement 2010-2011.

— Annie Jolicoeur

J’ai travaillé pour la Commission scolaire Sainte-Croix, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et le Centre de Services scolaire Marguerite-Bourgeoys sans jamais changer d’employeur!

Lors de mon 1er congé de maternité, quatre personnes ont été engagées pour combler mes tâches! 🙂

J’ai croisé tant de personnes inspirantes, dans tous les domaines de ma carrière!

— Christine Lapierre

J’étais de la rencontre à l’école Marguerite-Bourgeoys où l’on a présenté le nom officiel de la nouvelle commission scolaire sous un chapiteau à l’extérieur sur le bord de l’eau. Je n’étais pas de la délégation, mais bien en train de jouer au tennis derrière le chapiteau et on est venu nous voir pour nous avertir de ne pas trop faire de bruit. Nous étions quelques enseignants à s’exercer!

— Dany Tremblay

J’habitais à Québec à l’époque et j’avais été engagé pour un court (sic) remplacement de “dépannage” de quatre mois… L’histoire en a décidé autrement!

— Alain Dumais

J’ai 30 années de service en enseignement. Je peux prendre ma retraite le 16 novembre 2028. 😊
Merci CSSMB !

— Thi Xuan Phuong Tran

J’ai de bons souvenirs de mes débuts à la plus petite commission scolaire de Verdun. Ensuite, à la création de la CSMB, j’ai pu obtenir mon poste tant désiré, celui d’enseignante-orthopédagogue au primaire.

— Nadya Haulbert

Je coenseigne depuis 2011 dans un local aménagé par le Centre de services scolaire qui a eu assez de vision pour innover et répondre aux besoin de nos élèves.

— Émilie Leblanc-Goulet

Je garde un très beau souvenir de l’équipe-école de l’école Pointe-Claire! Surtout le service de garde.

Georges, le super concierge, Suzanne une technicienne en or et sans oublier l’équipe du service de garde engagée.
Bonheur et sourires pendant toutes ces années. Merci beaucoup!

D’autres belles années sont toujours devant moi en tant que technicienne en éducation spécialisée à l’école Marguerite-Bourgeoys.

Bonne soirée à tous!

— Nathalie Brunet

Je me rappelle des galas organisés par la CSMB pour souligner le travail exceptionnel de nos élèves à la formation des adultes. Ces galas avaient lieu au CÉGEP André-Laurendeau.  Après un bon repas, on assistait à un spectacle et à une remise de prix.  Évènement qui nous permettait de réaliser tout le travail de qualité effectué  par tout le personnel des centres de la formation générale des adultes.

— Françoise Forget

Je me rappelle du fabuleux projet des Groupes Familles à l’école Chanoine-Joseph-Théorêt de Verdun. Merci à toute l’équipe pour ces beaux souvenirs!

— Sylvie Denizon

Je me rappellerai toujours d’avoir appris la tragédie des tours de New York le 11 septembre 2001 alors que j’enseignais en 1re année. Nous regardions la télévision à la récréation pour comprendre ce qui s’était passé.

Quand j’ai appris que j’obtenais un poste de direction où j’ai fait mon primaire, où j’ai enseigné pendant 23 ans et où j’ai même fait un intérim en direction adjointe, j’ai crié de joie!
C’était comme si j’avais appris que je gagnais un million à la loterie!

— Caroline Bleau

Je me souviendrai de Mme Rose, notre très chère bibliothécaire, qui a su au fil des ans donner le goût de la lecture à TOUS, et oui, tous les élèves de Notre-Dame-des-sept-Douleurs aimaient lire!!!

— Christine Primeau

Je suis une des rares personnes à obtenir ma permanence dans une école sans jamais avoir enseigné dans celle-ci.

— Serge Theriault

L’agrandissement de l’école Jean-Grou. Nous avons vécu plein d’histoires farfelues et stressantes. Aujourd’hui, on en rit.

— Guylaine Larivière

L’anecdote la plus marquante est l’agrandissement en si peu de temps de l’école Jean-Grou, travailler dans des nuages de poussière, une symphonie de musique avec des outils de construction de tous genres (marteaux, etc.), des chiens pour la sécurité des lieux la nuit qui s’échappaient, des plaintes des voisins, que de plaisirs.

— Ginette Prévost

L’évènement de la Boucle à Lévis en 2018. Aucun problème avec les premiers 46 km, nous avions le vent dans le dos avec un paysage fantastique. L’équipe de cycliste du CSSMB discutait tranquillement en rigolant. Le moment où nous avons tourné à droite pour revenir… Ouf! Le vent était très fort avec une pente légère sur plusieurs kilomètres. Les encouragements et la force d’équipe ont fait en sorte que nous avons réussi le défi. Je suis fière de porter le maillot du CSSMB pour les  défis à venir.

— Jean-François Bélair-Lapointe

L’inauguration de notre école-village (Cardinal-Léger devient le Grand-Éclair). Nous avons eu la chance d’accueillir Fred Pellerin comme invité surprise pour la rentrée de notre équipe en septembre 2017. Son témoignage empreint d’humour, d’ouverture et de gentillesse a connu un succès auprès de tous. Qui de mieux pour parler de la force d’une communauté! Notre concept de village a également été expliqué dans le livre de monsieur Sébastien Proulx, ancien ministre de l’éducation.

— Isabelle Girard

L’ouverture du Centre Jeanne-Sauvé, en 1996. Une carrière enrichissante dans un milieu de vie et d’apprentissage valorisant!

Aider les apprenants à apprendre à apprendre, un défi de tous les jours!

D’étape en étape, trace ta route…
Avance à petits pas…
Découvre la joie d’apprendre…
Sois persévérant lorsque le chemin est difficile…
Ne t’arrête que pour faire le point…
Ne recule jamais !

— Sylvain Dubeau

La diversité du Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys m’a toujours ravi. J’ai eu le bonheur de travailler tout au long de ma carrière dans trois établissements, dans trois milieux différents qui ont su me faire grandir et me faire réaliser la richesse culturelle qui compose notre environnement de travail. Je suis très reconnaissant de cette opportunité de vie et je suis fier d’avoir pu contribuer au cheminement de milliers d’élèves.

— Jean-François Latreille

Le CSSMB m’a vu grandir, devenir enseignante, puis mère, puis directrice. C’est à son emploi que j’ai tissé et bonifié mes amitiés les plus importantes. Il est en toile de fond du récit de ma vie adulte!

— Catherine Leduc

Le passage de la Commission scolaire Sault-Saint-Louis vers la Commission scolaire Marguerite Bourgeoys.

À mon début , j’étais de loin la seule “jeune” enseignante entourée d’expérience.  Maintenant, c’est moi l’expérience, mais toujours aussi jeune.

Au début, j’enseignais à des enfants. Ensuite, aux enfants des amis. Après, aux enfants des premiers élèves. Pour terminer, d’anciens élèves sont devenus stagiaires ou collègues. Preuve qu’en 25 ans, il s’en passe des souvenirs.

— Claudia Karine Girard

Les déjeuners placotage dans le salon du personnel à l’école Saint-Luc, les party de Noël bien arrosés… dans l’école, les rallyes photos de fin d’année, les fêtes champêtres, les Stars de Victor, les conseils d’établissement souvent interminables, les rentrées scolaires avec thématique et j’en passe, mais surtout, des collègues précieuses et précieux et des amies et amis pour la vie!!!!!

— Myriam Fleury

Les journées de suppléance de dernière minute où la secrétaire m’attendait avec un café sur le pas de porte. J’habitais près de l’école et elle venait de me réveiller pour m’avoir rapidement. Il était pratique d’avoir quelqu’un de proche pour les imprévus et ça méritait bien un café.

— Sylvain Richard

Les soirées de la reconnaissance au Centre Champlain sont des souvenirs inoubliables. Reconnaître et célébrer la réussite d’adultes : apprendre à lire et à compter à 40 ans, apprendre une nouvelle langue et une nouvelle culture, ou obtenir un diplôme d’études secondaires à 25 ans. Ces réussites étaient applaudies, chantées et dansées par tout le personnel du Centre. Ces adultes, fiers de leur réussite, ont laissé une trace sur mon chemin professionnel… et dans mon coeur.

— Annie Maltais

Lors d’une rencontre avec mes adjoints, j’ai osé affirmer que je grimperais dans le module de jeux si un jour le projet “Cour d’école” se réalisait…
Au moment où le projet s’est terminé, j’ai appris avec surprise que mes adjoints avait annoncé ma promesse aux enseignants, aux parents et aux élèves!  J’ai dû laisser mon orgueil de côté pour “inaugurer” avec humour les nouvelles installations, au grand plaisir des petits et grands 🙂

— Isabelle Boivin

Lors de la première journée de ma première rentrée scolaire comme enseignante au préscolaire, l’école été évacuée en urgence, car il y avait eu une fuite de gaz sur la rue voisine. Les élèves ont été vraiment calmes, tandis que leurs parents ont paniqué! Je vais toujours me souvenir de cette première rentrée…

— Diane Boucher

Lors de mes débuts à l’école Gentilly, nous avons fait de nombreux spectacles tel que La mélodie du bonheur, Grease et beaucoup d’autres que nous avons produit de notre cru. Traduction, costumes et décors ainsi que les pratiques étaient au rendez-vous durant plusieurs semaines. Lors d’un de ces spectacles, le “breaker” a sauté et les élèves ont dû continuer a capella le spectacle. Nous sommes même passés dans le journal de la ville de Dorval ainsi qu’à TVA, aux nouvelles de 18 h.

— Joanne Laviolette

Lors de mes débuts, j’ai eu la chance de côtoyer des personnes extraordinaires, magnifiquement engagées et surtout qui ont cru en la musique. 🤩
Un merci particulier à Jean Lagacé, Colette Cardinal, Normand Drolet, Denis et Suzanne Tremblay. ♥️
En avant la musique. 🎶

— Maryse Côté

Lorsque j’ai commencé à travailler pour le centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys, j’étais aussi animatrice de camp de jour pour Saint-Laurent. Donc, mes premières journées à l’école Édouard-Laurin, il n’était pas rare d’entendre des élèves crier à tue-tête en me voyant dans le corridor «Salut Pikachu !» (mon nom d’animatrice). Je n’ai donc pas eu le choix de leur révéler mon vrai nom par la suite.

— Nayla Malhamé

Lorsque je suis arrivée en poste, c’était encore la petite Commission scolaire Sainte-Croix. Nous étions, à la rentrée, 17 nouveaux enseignants à l’école Henri-Beaulieu! C’était l’année de l’implantation des maternelles cinq ans à temps plein.

— Caroline Habel

Merci à tous les retraités et retraitées de 1997. C’est grâce à eux et elles que je suis enseignant encore aujourd’hui.

— Robin Allard

Mes plus beaux souvenirs au CSSMB sont les rencontres avec les parents et les enfants des classes d’accueil et de langage. Les adultes passionnés par leur métier et le bien-être des enfants que j’ai cotoyés au quotidien. Voici mes projets coup de coeur réalisés au service de garde par les enfants, les éducateurs et les éducatrices : la parade de mode écologique, la plantation d’arbre et l’abécédaire du bonheur.

— Caroline Clara

Mes voyage à Québec avec les élèves de 3e, 4e, 5e, et 6e, de beaux moments  nostalgiques. Avec trois éducatrices, une technicienne en éducation spécialisée et 56 élèves. De beaux souvenirs. 🥰👨‍🦱👩🥰

— Mariette Roy

Mi-août 2001, une journaliste, contact de Sophie Laporte ici présente, nous suit au bassin des précaires. Le 24 août, rue Saint-Vallier, je vois à la UNE de La Presse, en bas de Sophia Loren et de Tiger Woods, ma coloc Sophie et moi, victorieuses d’avoir obtenu un poste à la CSMB, à Monseigneur-Richard! Je cours la réveiller. C’était jour de rentrée. Nous étions déjà célèbres! Deux semaines plus tard, les tours tombaient… et quelques années après, je mariai le meilleur prof de maths de l’école secondaire Monseigneur-Richard.

— Annie Goyette

Mon aventure a commencé à l’école Bois-Franc-Aquarelle, comme
stagiaire de Guylaine Dault, suivi d’une super équipe (Denise Gaudet, Lucie Roy, Jeannine Joyal, Annette Dugas, Marcel Bédard, Patricia Bacon, Mariette Cadieux, Nathalie Massé, Carole Grenier, Julie Richer, Sophie Mercier). Eh oui, 25 ans après, je suis chanceuse d’être resté avec la famille BFA et d’avoir côtoyé plusieurs gens inspirants… Sylvie Lambert ❤️
COUCHER SOUS LES ✈️ AVIONS, DÎNERS SPAGHETTIS 🍝, QUÉBEC, KERMESSES,CHORALES 🎶

— Mariana Manolis

Mon embauche à la Commission des écoles catholiques de Verdun (CECV) : dans le contrat, on nous demandait si on était catholique… et si on était pratiquant! Les critères d’embauche, tout comme la société, ont bien changé depuis!!!

— Jean-Pierre Nicolas

Mon premier emploi comme conseillère en formation scolaire a été dans un centre d’éducation des adultes. J’y ai remplacé un congé de maternité. L’enfant de cette collège de l’époque, et amie actuelle, aura une petite fille très bientôt. Voilà le cycle de 25 ans et plus.

— Cynthia Cloutier

Mon premier poste était à l’école que j’ai fréquentée alors que j’étais enfant. Je me suis retrouvée à être la collègue de mon enseignante de la maternelle, celle de 4e année, celui de 6e année ainsi que mon enseignant d’éducation physique. Aujourd’hui, ce sont mes élèves que j’ai eus en 1re année qui sont mes collègues! La vie est une roue qui tourne!

— Nancy Bourgeois

Par une journée assez difficile, une journée où tout arrive en même, un parent soucieux du bien-être du personnel propose à Rosemina et moi un café. À la blague, nous confirmons que le café serait très apprécié. Quelques instants plus tard, le parent est arrivé avec deux bons cafés bien chauds. Quelle chance d’avoir des parents aussi attentionnés!

— Sylvie Lachapelle

Pour chacun des établissements scolaires, je garde en mémoire de beaux souvenirs. Avec les années, j’ai tissé des liens avec des membres de la direction et des collègues. Ce que j’apprécie particulièrement, c’est d’être toujours en contact avec eux, même celles et ceux maintenant à la retraite.

— Diane Guay

Quand j’ai débuté ma carrière au CSSMB, en 1990, je me souviens d’une fois où j’étais si jeune que le directeur est entré en classe à la recherche du professeur. Quand je lui ai dit que c’était moi, il n’a pas cru un mot et m’a demandé de retourner m’asseoir. Les élèves ont tous éclaté de rire. Aujourd’hui, il est difficile de me confondre avec une étudiante. Cette anecdote me ramène avec nostalgie à mes débuts et montre à quel point les choses ont changé depuis.

— Claudine Bichai

Que de gens extraordinaires, généreux, attentionnés et dévoués que j’ai côtoyés depuis 1992 !

Que de plaisir partagé et beaucoup de rires !

Que du bonheur avec des collègues formidables et des équipes efficaces !

Que de classes uniques, différentes et enrichissantes !

Que de travail, tout au long de l’année, intéressant et valorisant !

Des années passées auprès de jeunes et de moins jeunes, c’est magique et magnifique !

Célébrons tous ensemble !

— Johanne Lafontaine

Que de nostalgie de penser que mon premier échelon de salaire du temps (1995)  était de 29 312 $. Je m’ennuie de ce temps-là. C’est une blague, évidemment !!!

— Martine Denniss

Qui se rappelle des colloques de la rentrée des cadres au manoir Rouville-Campbell ?

— Carl Vézina

Souvenir d’un magnifique projet vécu avec la fabuleuse équipe de l’école Saint-Rémi; L’histoire de Beaconsfield d’hier à aujourd’hui en collaboration avec « Le théâtre de la dame de coeur ».
Ce projet était échelonné sur deux ans (2006-2008) et il s’est terminé par des représentations théâtrales sous un grand chapiteau, dans la cour de l’école. Les textes et quelques marionnettes et décors avaient été conçus par les élèves et les enseignants. Quelle belle expérience grandiose!

— Martine Lemieux

Tout au long de ma carrière, j’ai côtoyé une multitude de collègues et de personnel de direction.
Plusieurs sont devenus beaucoup plus que des collègues, ils sont maintenant des amis sincères et précieux.

— Hélène Malboeuf

Toutes ces années d’enseignement marquent décidément une grande page d’histoire et apportent une différence inestimable dans ma vie personnelle.  Côtoyer au quotidien les enfants et les collègues est très inspirant pour stimuler nos élans continuels vers l’innovation et la créativité dans nos pratiques professionnelles. Enseigner est synonyme de pure félicité.
J’amorce mes dernières années avant la retraite. Je désire profiter de chaque instant avant le début de cette nouvelle aventure.

— Jocelyne Charette

Trois écoles avec une pédagogie différente (régulière, internationale  et alternative). Toutefois, dans les trois cas, des voyages avec des souvenirs mémorables.

— Valérie Gaudet Zwibel

Un très beau souvenir me revient des moments où je recevais des lettres, rédigées par mes anciens élèves qui étaient rendus en 6e année, et qui devaient s’adresser à l’enseignant qui les avait le plus marqué durant leur primaire.  C’était toujours extrêmement touchant!

— Stéphanie Dulong

Une entrevue un jour de tempête aux ressources humaines de Sault-Saint-Louis en décembre 1995.
Avant moi, je croise un collègue d’université qui m’annonce que les gens ont déjà quelqu’un en tête.
Je décide de quand même y aller et… j’obtiens le poste dans l’école de mes rêves. La même école où je suis depuis.
Du grand bonheur !

— Nathalie Joubert

Voici quelques souvenirs qui ont marqués le temps à Notre-Dame-des-Rapides:
-Sorties pédagogiques à la base de plein air
-Kermesses
-Déjeuners avec les parents
-Fabrication de cerfs-volants, sacs écologiques et murales collectives.
-Spectacle de Noël (1996)
-Madame Irma (lit dans les lignes du pied) avec la complicité des parents (1997)
-Spectacle Star académie, chorégraphie du personnel (2003)
-L’espion “Big Boss” (2017)
-Défi têtes rasées 4200 $ (2017)
Mais le rire des enfants restera le souvenir le plus tendre à mon coeur!

— Céline Thompson

« * » indique les champs nécessaires

Nous aimerions connaître votre opinion.

Sur 10, quelle note donnez-vous à la qualité du site ?*
Pour toutes questions nécessitant une réponse, nous vous invitons à communiquer avec nous en précisant votre demande.
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.